Pour la première fois, Vogue met en couverture de son magazine de Mars 2017, une photo du mannequin brésilien Valentina Sampaio, célébrant ainsi pour la première fois une « La beauté transgenre – Comment elles bouleversent le monde ».

Par sa visibilité sur les réseaux sociaux mais aussi à travers son travail dans le domaine de mode, Valentina vise à détruire les clichés et les préjugés.

Une modification surprenante

Bien qu’elle soit née garçon, à la voir sur les studios photo, elle n’a rien à envier aux autres modèles. Elle a un corps élancé d’1m77, avec de belles courbes et une poitrine joliment développée avec des traits féminins, retouchés certes mais bien faites.  

Dans toute modification morphologique, plusieurs interventions peuvent se faire en plus du changement du sexe. Pour avoir des seins, en plus de la pose de prothèses mammaires certains font aussi un lipofilling pour des fesses galbées pour avoir l’aspect plus féminin. Ainsi, cela permet d’éliminer les dépôts de graisse du ventre par exemple par la même occasion et avoir des formes plus féminines.

Égérie d’une marque très connue

En plus de cette couverture de Vogue, inattendue cela dit au passage car le domaine de mode difficile et féroce avait des codes bien rigides et sévères, ce mannequin est devenu l’égérie de L’Oréal Paris. Elle a déjà fait la couverture de « Elle » au Brésil, où il y a pourtant un taux assez important de trans-féminicide. Elle gère son compte Instagram avec plus de 33 milles abonnés. Elle poste régulièrement des publications. Elle y affiche son bonheur en couple désormais.

 

En bref, l’évolution de la société aussi est telle que les codes changent, dans des pays plus que d’autres, certes, mais du moment que le domaine de mode ait intégré ce nouveau genre dans ses dictats, je pense que la participation des transgenres à d’autres évènements va se banaliser et mieux être accepté dans la société.