L’obésité empoisonne la vie des millions de personnes dans le monde. C’est le moindre qu’on puisse dire. Les personnes souffrant de cette épidémie  payent cher la facture ! L’obésité est l’alliée préférée des maladies cardio-vasculaires, des troubles métaboliques, des problèmes psychologiques et bien d’autres pathologies mortelles. Ses répercussions néfastes diminuent l’espérance de vie. Cette affirmation est  approuvée, depuis de nombreuses années,  par les plus grandes organisations de santé notamment l’OMS, l’organisation mondiale de la santé.

Être obèse, n’est pas facile à surmonter

Les personnes obèses considèrent et remarquent qu’elles sont refoulées par la société ce qui fait qu’elles se replient sur elles-même pour fuir la discrimination sociale. Leur apparence physique les empêche, de faire des relations sentimentales, d’avoir  une vie sexuelle normale et même de trouver du travail.  Elles se privent de faire beaucoup de choses soit parce qu’elles ont peur d’affronter les autres, soit parce que  leur physique ne le permet pas.  Face à la lourde angoisse, elles continuent à suivre une mauvaise hygiène alimentaire : manger trop, est pour elles un moyen d’épanouissement et une manière de s’accorder de petites sensations de joie et de bonheur.  

Est-il judicieux de  céder à la dépression, au désespoir et à l’échec alors que la pratique médicale a de nos jours, tous les moyens pour attaquer l’obésité et pour la faire disparaître  à jamais !

« Comment lutter contre l’obésité ? » C’est bien la question qu’il faut poser !

Il était une fois, une fille obèse…

obese03Peut-être que je vais vous surprendre Mais, moi, un jour j’étais obèse…

Je souffrais. Vraiment je souffrais au vrai sens du terme.  Je connaissais toutes les déceptions, tous les complexes. Je vivais  une enfance triste et  j’étais complètement égarée des autres. Je suais tout le temps. Pourtant, je prenais une douche plusieurs fois par jour. Mon physique inspirait aux autres le dégoût. Certains gens m’évitaient poliment. Mais moi, je comprenais. Je me détestais moi aussi. Je reprochais à mes parents, le fait de m’avoir donnée la vie et….. Beaucoup d’autres choses qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire.

Je parle donc, en connaissance de cause.  Vous l’avez certainement compris. Voilà comment j’ai fait pour devenir aujourd’hui une  » femme normale », une femme qui s’aime et qui peut être aimée, par les autres…

Je suis Algérienne. Mon père est un génie. Ses grandes capacités intellectuelles lui ont permis d’avoir une brillante carrière, de fonder beaucoup relations professionnelles notamment avec des émirs du Golf. En 2000, il est nommé à la tête d’une société multinationale en Tunisie. Vous l’aviez donc, constaté.  Toute la famille a débarqué en Tunisie. Mon père me proposait le poste d’une assistante marketing mais, moi je trouvais que s’occuper de l’unité des archives et de la documentation me convenait plus. Je commandais pas mal de bouquins et je faisais des inscriptions dans de nombreux magazines comme « Réalités », « Jeune Afrique », « Journal Echo etc.

Un jour…Je tombe sur un article ! Quatre mots accrochent mon regard et retiennent toutes mes capacités mentales : séjour chirurgie Obésité, Tunisie.

Je suppose que vous pouvez imaginer la suite : j’ai lu le texte des centaines de fois. Je me suis renseignée sur le net.  Et puis,  j’ai décidé de passer à l’action.  J’ai contacté la clinique esthétique mentionnée dans l’article. Mes parents m’accompagnaient chez le chirurgien bariatrique pour s’assurer que l’intervention ne mettra pas ma vie en danger. Le jour J, j’entre dans le bloc opératoire du département chirurgie digestive où on me pose un anneau gastrique autour de l’estomac. Après l’opération, je continuais à faire les contrôles nécessaires et à suivre les conseils du nutritionniste de la clinique.

L’espoir me donnait la bonne volonté de terminer le chemin jusqu’au bout.  Je ne travaillais plus. Je consacrais, tout mon temps, à abattre mon ennemie jurée : l’obésité.  Et, j’ai réussi ! Oui, j’ai réussi !

Je ne vous cache pas,  après un certain temps,  j’ai fait une intervention esthétique pour supprimer l’excès de la  peau relâchée. Heureusement que mon père avait les moyens. J’ai réussi. Oui, j’ai réussi. Qu’est-ce qu’elle est belle la vie !

 


Lire aussi...

L’obésité empoisonne la vie des millions de personnes dans le monde. C’est le moindre qu’on puisse dire. Les personnes souffrant de cette épidémie  payent...

Lire cet article

L’obésité empoisonne la vie des millions de personnes dans le monde. C’est le moindre qu’on puisse dire. Les personnes souffrant de cette épidémie  payent...

Lire cet article

Laisser un commentaire