Une étude de l’Université Northwestern à Evanston (Etats – Unis) a montré que les personnes qui bénéficient d’une chirurgie bariatrique ont une espérance de vie plus élevé que ceux qui reçoivent des traitements plus conventionnels. Cela fait suite aux résultats d’une étude publiée dans la revue « Journal of the American Medical Association » (JAMA) qui a suivi plus de 30.000 hommes et femmes obèses, dont plus de 8000 ont été opérés grâce à une sleeve ou un bypass. Après 10 ans, le taux de mortalité était de 50 pour cent inférieur au reste. « Nous avons observé qu’un effet à long terme de la chirurgie bariatrique est une vie plus longue pour les patients obèses », reconnaît Philip Greenland, l’un des auteurs de l’étude.

Au total, les données de 8 365 patients obèses subissant une chirurgie bariatrique ont été comparées (65% étaient des femmes) et 25 155 ont suivi un autre type de traitement. Le taux de mortalité chez les patients opérés était de 1,3%, contre 2,3% dans l’autre groupe. L’âge moyen des participants à l’étude était de 46 ans, et avait, en moyenne, un indice de masse corporelle (IMC) de 40.  Le patient moyen mesure 1,70 mètres et pèse environ 120 kilos.

Les études antérieures qui ont analysé cette relation n’ont pas été capable de prouver, jusqu’à présent, cette relation puisque les données de suivi étaient quelque peu limitées en raison du coût élevé de la surveillance ou de l’abandon des patients. Toutefois, ces nouveaux résultats mettent en lumière les avantages que cette intervention peut offrir aux patients, au-delà de leur propre perte de poids ou de la réduction de nombreux troubles associés, tels que l’hypertension ou le diabète.

Des doutes sur les complications à moyen et long terme

« La chirurgie bariatrique est un traitement de l’obésité de plus en plus commune pour les obésités les plus graves »  a souligné Laura Rasmussen-Torvik, co-auteur de la recherche, rappelant que, malgré son efficacité, c’est aussi une thérapie invasive qui  « peut causer des complications à moyen et à long terme. » Bien que les bénéfices à court terme soient plus que connus, des complications dérivées de la chirurgie, telles que la malabsorption des nutriments, y compris la carence en vitamines, l’anémie et la carence en protéines, sont préoccupantes. Cependant, dans ce suivi, un taux plus élevé de complications n’a pas été observé pour ces raisons.

Dans l’étude, trois techniques différentes de chirurgie bariatrique ont été analysées :

Le pontage gastrique, dans lequel une poche gastrique est créée à partir d’une petite partie de l’estomac qui s’attache directement à la partie supérieure de l’intestin grêle.

La chirurgie ablation de l’estomac, qui est devenue la première option pour de nombreux chirurgiens et qui consiste à enlever une partie de l’estomac pour le rétrécir.

L’anneau gastrique réglable, qui limite la quantité de nourriture que l’estomac peut accueillir avec une bande réglable.