Pour se guérir de l’obésité, chacun sait aujourd’hui qu’avec la chirurgie, un bypass ou une sleeve gastrectomie, le problème est résolu. Mais à la question de savoir comment on devient obèse, l’imagerie populaire conclut de manière hâtive, que l’obésité traduit objectivement la gloutonnerie de certains. Et la chirurgie bariatrique devrait pour ces gens,  agir pour diminuer cet appétit glouton en intervenant sur la ghreline.

Une condamnation fondée sur une simple appréhension. Parce que l’obésité en réalité,  a des causes plurielles. Ses causes peuvent être génétiques, métaboliques, nutritionnelles, sociales et psychologiques. Nous parlerons dans cet article de l’aspect psychologique de l’obésité.

L’être de désir que nous sommes tous !

L’humain est un être de besoin et de désir. Si manger fait partie des besoins de l’homme, parce qu’il s’agit de contribuer à la préservation du corps, il faut dire néanmoins qu’il peut arriver des situations où le rapport de certains à la nourriture fasse l’objet de désir que de besoin. Or, qui dit « désir de manger » parle du psychique et non plus de l’organique comme avec le besoin.

Malheureusement, le désir à ceci de propre contrairement au besoin, qu’il n’est jamais satisfait. Mais que se passe-t-il pour quelqu’un qui satisfait à tous ses désirs de manger, de se nourrir ? pour quelqu’un qui n’est jamais satisfait de ce qu’il mange ?

Trouble du comportement alimentaire

Cette insatisfaction est l’expression un véritable trouble de l’alimentation qui se manifeste chez l’être humain, soit par ce besoin de manger, de se nourrir à tout prix sans se soucier des conséquences ou alors par un régime de privation alimentaire insoucieux aussi des dommages. Dans un cas il peut s’agir d’une boulimie ou d’une hyperphagie, et dans l’autre de l’anorexie.

La boulimie est un trouble fréquent de l’alimentation. Elle se caractérise par une pulsion compulsive de s’alimenter. L’individu en question à l’impression de ne se sentir bien qu’en ingérant plus de nourriture de manière excessive et répétitive. Il a une addiction à la nourriture qui se manifeste par une crise de boulimie.  Il ne faut pas avoir faim pour manger, mais simplement manger. La boulimie peut être la manifestation d’une dépression, d’une crise d’anxiété, comme l’expression d’un trouble de la personnalité. Il peut se succéder chez une même personne, la boulimie et l’anorexie.

L’anorexie  en général est l’expression d’une perte d’appétit chez une personne. Cette perte d’appétit peut survenir après une maladie à l’issue de laquelle, le patient n’éprouve plus le désir de se nourrir. Mais le manque d’appétit peut aussi traduire un véritable désordre psychique se développant chez un individu qui, craignant de prendre du poids, se prive de toute nourriture. On parle alors d’anorexie mentale. L’anorexie a de nombreuses conséquences sur la santé du patient, et peut s’avérer mortelle tant que l’organisme est en manque de nutriments nécessaires à sa préservation.

Le plaisir de la table n’est donc qu’un prétexte

L’excès de poids chez certains peut donc être lié à l’excès de nourriture qu’ils consomment. Mais, il faut chercher ailleurs les causes lointaines de ce désir de manger que dans l’acte même de manger ou dans la recherche d’un plaisir éphémère. Car, autant le boulimique peut manger autant il peut se priver au point de s’en tuer. Une alimentation excessive ou sa privation nous cache d’autres problèmes : angoisse, stress, colère, frustration, etc. Pour traiter l’obésité, il est important de prendre ses aspects en compte.