Ça aurait pu être une histoire peu banale et assez loufoque si elle n’avait pas viré au drame. Racontée par des chirurgiens turcs dans la revue Pediatric Emergency Health, elle relate les risques d’une prise alimentaire trop importante après la rupture du jeûne pendant le Ramadan. La sujet est un jeune turc d’une dizaine d’année ayant jeuné durant 12 heures et qui, dès le coucher du soleil, va s’envoyer un repas gargantuesque qui lui sera au final malheureusement fatal.

Le jeune garçon va donc débuter son diner par deux grands morceaux de etliekmek, une sorte de pain à la viande émincée et aromatisée aux légumes frais et aux épices. Les chirurgiens turcs ont rapporté dans leur article les proportions exactes ingurgitées par le jeune garçon. Ces deux portions de « pizza turque » correspondent à environ 400g. Non content d’avoir ingurgité cette quantité énorme pour un si jeune gabarit de 1,45 m pour 42 kg, notre affamé va aussi arroser son repas d’un litre de boisson gazeuse dont la composition est parfaitement connue de tous : gaz carbonique, acide citrique, citrate de sodium et benzoate de sodium. Pour finir notre jeune Gargantua d’Anatolie va achever ce repas avec plus de 350g de glace industrielle agrémentés de quelques fruits secs et autre raisins. Pour une rupture de jeûne, on peut aisément dire qu’il s’agit d’une fracassante entrée en matière pour un si jeune individu. Malgré quelques vomissements, le jeune garçon ne trouve aucune difficulté à s’endormir cette nuit-là.

Une quinzaine d’heures plus tard le jeune garçon est admis aux urgences et souffre le martyr avec un abdomen gravement distendu. Le sujet présente des lèvres dangereusement bleues, d’importantes difficultés respiratoires et une importante distension gastrique. Devant l’urgence de la situation, le jeune garçon est perfusé et les médecins tentent, sans succès, de lui poser une sonde naso-gastrique. Devant l’impossibilité d’aspirer son contenu gastrique, les médecins optent pour une des premières étapes d’une sleeve gastrique qui consiste à pratiquer une laparotomie de l’estomac afin d’en soulager le contenu. Dès l’incision de son estomac, les chirurgiens constatent une décompression gastrique extrêmement rapide et voient le sang circuler à nouveau dans tous les organes, sauf le cœur, ce qui va provoquer une hypovolémie. Le cœur sévèrement touché et ne pouvant remplir son rôle de pompe cardiaque, le jeune garçon décède malgré les nombreux efforts du corps médical et après plus d’une heure de réanimation.

Ce cas mortel et pour le moins dramatique nous permet de se remémorer les conseils de nos grand parents : éviter de manger vite, mâcher convenablement et si nécessaire rester un peu sur votre faim. Ce conseil s’applique encore plus aux musulmans pratiquants durant le mois de Ramadan et exposés à une prise alimentaire trop importante après la rupture du jeûne.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer