Après un cancer du sein et une ablation, certaines femmes choisissent d’arrêter les interventions chirurgicales et de opter pour une reconstruction mammaire par prothèse si la morphologie du sein restant et, surtout, la qualité de la peau et du muscle pectoral à l’endroit du sein retiré, le permettent.

La reconstruction mammaire, immédiate leurs donnent la possibilité de retrouver un vrai sein et ainsi se réconcilier pleinement avec leur corps et leur féminité.

Qu’est-ce qu’une  chirurgie reconstructrice?

La chirurgie reconstructrice s’occupe de reconstruire la forme et la fonction suite à une blessure ou une maladie innée.

Le but de la chirurgie  est de permettre aux patients de retrouver leur vie normale.

Certains patients peuvent subir seulement une tumorectomie (suppression de la tumeur seule), tandis que d’autres ont besoin d’enlever tout le sein, une mastectomie. Après cette chirurgie mammaire la  reconstruction peut être faite.

Avant l’opération

C’est avec l’accord du cancérologue que la reconstruction est envisagée.

Le chirurgien plasticien expliquera les différentes modalités de l’intervention, la durée de l’hospitalisation et les suites opératoires. Il transmettra son devis détaillé à la patiente

La reconstruction mammaire n’est pas une intervention simple. Il y a souvent plusieurs possibilités auxquelles il faut soigneusement réfléchir avec l’aide du médecin.

Reconstruction mammaire par prothèse

L’opération dure 1h à 1h30

La pose d’implant mammaire au-dessous du muscle pectoral, permet de reconstituer le volume manquant et le contour du sein.

Le chirurgien se sert de la cicatrice de la mastectomie pour glisser la prothèse anatomique ou ronde, en gel de silicone ou remplie de sérum physiologique, bien sûr selon le choix discuté en consultation. En fin d’intervention, vous portez un pansement modelant en forme de soutien-gorge pour maintenir la poitrine.

Les suites de la reconstruction

  • En général une hospitalisation d’une nuit est habituellement suffisante.
  • Des suites douloureuses les premiers jours, notamment lorsque la prothèse est placée derrière le muscle grand pectoral.
  • Des antalgiques adaptés à la situation devront être pris pendant une quinzaine de jours.
  • Une gêne à l’élévation des bras sont possibles au début.
  • Un œdème et des bleus peuvent survenir mais disparaîtront rapidement.
  • Le port de soutien-gorge adapté les premières semaines est obligatoire.
  • Un arrêt de travail de 1 à 2 semaines est conseillé. La reprise du sport est possible au bout de 1 à 2 mois.